Le Pétrel noir : symbole d’une biodiversité en péril

Pétrel noir de Bourbon, Pseudobulweria aterrima- Crédits photo : PN RUN - JC. Notter

Le Pétrel Noir (Pseudobulweria aterrima), localement appelé Fouquet Noir ou Timize, est un oiseau endémique de La Réunion. Il compte parmi les oiseaux marins les plus rares au monde. Inscrit sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) comme espèce en danger critique d’extinction, il pourrait disparaître dans les 10 années à venir. Un Plan national d’actions en faveur du pétrel noir de Bourbon a ainsi été lancé fin 2012 pour une durée de 5 ans. Différentes actions sont ou seront mises en œuvre pour empêcher l’extinction de cet oiseau marin dont on estime aujourd’hui la population à moins d’une cinquantaine de couples.

L’avifaune réunionnaise : une histoire mouvementée

Au cours des 3 siècles de présence humaine sur l’île, 18 espèces d’oiseaux se sont éteintes. S’y ajoutent 4 espèces qui étaient nicheuses à la Réunion, mais en ont disparu depuis. Actuellement le peuplement d’oiseaux de la Réunion compte ainsi 19 espèces indigènes dont plus de la moitié sont endémiques et pour certaines, rares et menacées. C’est le cas des deux grands oiseaux marins, pétrel de Barau et pétrel noir, du tuit-tuit, un passereau forestier, ou encore du papangue, seul rapace de l’île, tous endémiques et menacés de disparition… Ces oiseaux sont emblématiques de la biodiversité réunionnaise, puisqu’on ne les trouve nulle part ailleurs dans le monde, mais ils sont aussi soumis à de nombreuses menaces.

Mais pour protéger ces oiseaux encore faut-il les connaître, le pétrel noir demeure l’un des oiseaux les plus mystérieux de l’île. Depuis 2008, un programme de recherche, basé sur des campagnes d’écoutes nocturnes a ainsi été élaboré. Le but : collecter de précieuses informations pour sauver l’espèce.

Mieux connaître pour mieux protéger

Une trentaine de spécimens recueillis par le réseau de sauvetage de la SEOR (Société d’études ornithologiques de la Réunion) entre 1995 et 2011, des vocalisations enregistrées sur bandes magnétiques, une colonie de reproduction qui pourrait être localisée dans les hauteurs du Dimitile et de Grand Bassin (sur les communes de l’Entre-Deux et du Tampon)… sont quelques uns des éléments de connaissance à partir desquels a été rédigé le Plan national d’actions en faveur du Pétrel noir de Bourbon pour les années 2012 à 2016.

La coordination opérationnelle assurée par le Parc de la Réunion doit permettre la mobilisation des différents partenaires impliqués (SEOR, Université, Office national des forêts, GCEIP – Groupement pour la conservation de l’environnement et l’insertion professionnelle…) pour :

– des opérations de capture de chats et de dératisation dans les zones de reproduction (chats et rats constituent l’une des principales causes de régression de l’espèce). A noter que les territoires de reproduction supposés du Pétrel noir de Bourbon sont inscrits dans le cœur du Parc National de La Réunion et sont complétés par l’Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope du 8 décembre 2006 portant “Création d’une zone de protection des biotopes de nidification et de passage du Pétrel Noir de Bourbon”.

– la poursuite des efforts de réduction des éclairages nocturnes. Éviter le sur-éclairage, orienter les lumières plus efficacement en particulier vers le sol, éteindre les lumières quand elles ne sont plus utiles, telles sont la propositions émises par les partenaires pour améliorer la situation.

– l’amélioration des connaissances sur la biologie, le régime alimentaire et l’habitat de l’espèce

Extinction des éclairages artificiels

Lauréate en 2012 du concours “Villes et Villages Etoilés”, la commune de l’Entre-Deux poursuit son engagement pour la préservation des pétrels noirs. Afin de permettre aux jeunes de s’envoler vers la mer sans être éblouis par les lumières, la commune en partenariat avec la SEOR procédera à l’extinction de l’ensemble de ses éclairages les 7 et 8 mars 2013 ainsi que du 12 au 17 avril. Dans le cadre des Nuits sans lumières les vendredi 12 et samedi 13 avril pilotées par le Parc National de la Réunion, une action de sensibilisation ainsi qu’une animation seront aussi proposées au public.

Mars et avril : périodes propices aux échouages d’oiseaux

Les oiseaux marins que sont le Pétrel noir et le Pétrel de Barau fréquentent l’île en période de reproduction. Les mois de mars et avril sont une période propice aux échouages, car les jeunes prennent leur envol et les éclairages artificiels peuvent être très néfastes. Attirés par les lumières, les jeunes oiseaux s’échouent au sol, incapables de reprendre seuls leur envol, ils risquent de mourir de faim, d’être dévorés par des prédateurs (rats, chats ou chiens) ou écrasés.

INFOS PRATIQUES :

Si vous trouvez un oiseau en difficulté, mettez-le dans un carton percé de trous d’aération dans un endroit calme et contactez sans attendre la SEOR au 02.62.20.46.65. Le réseau de bénévoles le prendra en charge dans les plus brefs délais.

Plus d’informations sur les Pétrels : Lire notre article Le Pétrel de Barau : 27.000 km sur les mers

Crédits photo : PN RUN – JC. Notter

Author: pressecologie

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *