Un Plan national d’actions pour sauver le Tuit-tuit

Tuit_tuitmale.jpgL’échenilleur de la Réunion, Coracina newtoni, est l’une des espèces d’oiseaux les plus menacés en France. Il est inscrit sur la liste rouge mondiale IUCN des espèces menacées d’extinction à brève échéance (classé “En danger critique d’extinction”). Le projet de plan national d’actions en faveur de l’échenilleur de la Réunion est ouvert à la consultation jusqu’au vendredi 7 décembre 2012. Pour donner votre avis, rendez-vous sur le site Plan national d’actions pour sauver le Tuit-tuit.

Life+ CAP DOM – Le Tuit tuit par LPO_CapDom

De 2005 à 2009, cette espèce a déjà fait l’objet d’un plan de conservation dont les actions ont été incluses dans le plan de gestion de la Réserve naturelle nationale de la Roche Ecrite 2005-2009. Cette réserve, créée en 1999, pour protéger l’ensemble de l’aire de répartition de l’Echenilleur sur 3 635 ha, a été incorporée au cœur naturel du Parc national de La Réunion en 2007, avec un objectif équivalent de protection.

30 couples connus

Avec seulement 25 à 30 couples reproducteurs concentrés sur 11 km2, une diminution de 25% du nombre de mâles chanteurs entre 1974 et 2005 et une contraction de l’aire de répartition de près de 30 % (16 km2 à 11 km2), l’espèce est classée En danger critique d’extinction’ (BirdLife 2010 ; IUCN 2012). Elle doit faire l’objet d’un Plan national d’Actions avec, comme objectif, d’assurer le maintien ou le rétablissement dans un état de conservation favorable de cette espèce.

La rédaction de ce plan est confiée par la DEAL au Parc national. Ce dernier est chargé, avec la SEOR (société d’études ornithologiques de la Réunion) notamment, et les co-gestionnaires de l’ancienne réserve naturelle, de faire un état des lieux et de proposer les actions de conservation à mettre en place pour les cinq années à venir (2013-2017).

Le Plan national d’actions actualise les connaissances sur l’Echenilleur de La Réunion et fait le bilan des actions de gestion et de conservation réalisés sur l’espèce depuis 2000. Il se fixe comme objectif de protéger tous les couples connus de l’espèce (actuellement 30) et d’atteindre au moins 50 couples à la fin du plan.

Pour ce faire, la stratégie du plan sur les cinq ans (2013-2017) se décline en cinq objectifs et vingt actions :

– Les principales actions visent à réduire la prédation (rats et chats) sur l’espèce, ainsi que les déchets qui favorisent ces prédateurs.

– Plusieurs actions visent à rechercher l’amélioration des méthodes au cours du plan et à préparer le plan suivant. Une part importante est consacrée à la sensibilisation et à la communication, dont une enquête de perceptions et une communication pour expliquer les actions de conservation mises en place.

– Des propositions sont faites en terme de gouvernance et de coordination des actions.

INFOS PRATIQUES :

Randonneurs et sportifs fréquentant les sentiers de la Roche Ecrite, pensez à rapporter vos déchets avec vous (même ceux jugés biodégradables). Les déchets sont en effet la plus grande menace pour nos oiseaux forestiers, ils attirent rats, chats et chiens qui sont autant de prédateurs pour la faune réunionnaise.

Crédits Photo : Franck Theron – Seor

Author: pressecologie

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *