Lier agriculture et production d’énergie

Ferme agri-solaire du Tampon - Crédits : Akuo Energy Un an après la mise en service du site de Pierrefonds, premier projet Agrinergie porté par la société Akuo Energy, un nouveau site de cultures horticoles sous serres photovoltaïques a été inauguré par le premier ministre mauricien ce mardi 25 avril 2010 au Tampon.

L’Agrinergie repose sur le principe selon lequel l’agriculture et la production d’énergie peuvent cohabiter sur une même parcelle et aboutir à une utilisation optimale des espaces que requièrent ces deux activités. La Réunion s’y prête plutôt bien : l’ensoleillement de l’île sied aussi bien aux cultures qu’à l’énergie solaire.

Près de 5 000 panneaux solaires qui produiront un mégawatt, soit la consommation électrique de 400 foyers

Après l’installation sur l’île de deux parcs solaires de type Agrinergie alternant cultures et panneaux photovoltaïques au sol sur les sites de Pierrefonds et du Syndicat, Akuo innove de nouveau avec un projet de cultures horticoles sous serres photovoltaïques : avec 4 876 panneaux disposés sur des serres anticycloniques et une production d’énergie d’un mégawatt, soit la consommation d’électricité de 400 foyers.

Pour Jean-Louis Payet, le propriétaire du terrain et l’exploitant agricole, c’est l’occasion de se voir financer et construire intégralement une structure métallique anticyclonique pour des serres dont une partie sera recouverte de panneaux. Akuo y installe également des tissus dits “insectproof” qui empêchent les insectes d’atteindre les cultures et assurent la ventilation. Elle a également financé les travaux de terrassement et voiries et un bassin de retenue collinaire. En contrepartie, Akuo, grâce à ce partenariat, dispose d’une surface foncière pour produire de l’électricité.

ferme_agrisolaire2_m.jpg Depuis la construction de la centrale Agrinergie du Tampon, la production de fleurs a déjà éclos. L’objectif de Jean Louis Payet à 3 ans est de multiplier et diversifier sa production. Les cultures fournissent 80 % des lys produits à la Réunion, revendus aux fleuristes locaux. Dès 2011, la production de cymbidiums (une variété d’orchidées), d’anthuriums et tulipes verra le jour. Cette montée en production va limiter les importations en provenance de la métropole.

En période cyclonique, l’horticulteur, Jean Louis Payet pourra continuer à honorer ses commandes. De plus, la chaîne entre le producteur et le fleuriste étant plus courte, les fleurs produites sur place sont plus fraîches et de meilleure qualité. Grâce à l’utilisation des filets “insectproof”, qui permet d’éviter le recours aux pesticides, les cultures sont plus saines et respectueuses de l’environnement. Enfin, la consommation d’eau a diminué de moitié car il y a moins d’évaporation. Un bassin de retenue de 4 600 m3 a aussi été construit. Les eaux pluviales y sont recueillies, puis sont réinjectées dans le système d’irrigation sous serres.

La construction de la centrale a également eu des répercussions sur l’économie locale. Trois entreprises locales de petite taille regroupées au sein d’un GIE ont recruté une cinquantaine d’ouvriers et ont réalisé les travaux de terrassement et de construction des serres. Plus de 3500 heures de formation ont été financées. Six ouvriers ont depuis lors décroché un CDI. Enfin, deux détenus de la prison du Port se sont joints au chantier, un récemment libéré qui a pu retrouver un emploi rapidement, un autre placé en chantier extérieur et passé chef d’équipe pourrait voir sa peine raccourcie.

Ce mardi 25 janvier 2011, le Premier ministre mauricien, Navin Ramgoolam, a également inauguré la centrale froid de Logistisud. Cette centrale d’une puissance de 1,3MW est la plus grande centrale intégrée au bâti sur bâtiment neuf de la Réunion. Sur une surface de bâtiment de 9300m2, 4080 panneaux monocristallin à haute performance Sunpower ont été installés avec l’aide de deux sociétés réunionnaises, SMAC et COREM, respectivement en charge de l’installation de la toiture et des travaux électriques.

Avec une production annuelle de 1916 MWh, elle couvre environ un tiers de la consommation de la centrale froid de Logistisud et permet une réduction d’émission nette annuelle de 811 tonnes de CO².

Author: pressecologie

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *