Moustiques : des gestes simples pour limiter leur prolifération

Moustique Aedes - Crédits photo : Muhammad Mahdi Karim - http://www.micro2macro.net Depuis le début de l’année 2012, plusieurs cas autochtones de dengue ont été identifiés sur l’île. Afin de limiter la propagation du virus dans l’île, l’ARS-OI (agence régionale de santé) met en place des mesures de lutte renforcées et appelle à la mobilisation de tous.

Lutte contre la prolifération des moustiques : recommandations à la population

La lutte collective contre le moustique en éliminant les lieux de ponte (eaux stagnantes dans les pots, soucoupes, déchets, etc.) est le moyen le plus efficace pour freiner la prolifération des moustiques, limiter durablement les populations et se protéger des maladies qu’ils peuvent transmettre.

ll est donc recommandé de :
Changer l’eau des fleurs une fois par semaine
Vérifier l’évacuation des eaux
Vider les récipients ou soucoupes
Éliminer les déchets verts et ramasser les débris végétaux et les fruits tombés
Jeter les déchets et encombrants en respecter les lieux et jours de collecte
Couvrir les réservoirs d’eau (bidons, citerne, bassin…) avec un voile moustiquaire ou un tissu

Favoriser la biodiversité : les endormis (caméléons), margouillats, araignées, batraciens, poissons (en cas de présence d’un bassin) sont des prédateurs des moustiques. Leur présence dans notre environnement est donc utile. L’utilisation d’insecticides ou d’eau de javel peut entraîner la mort de ces animaux. En ce sens, il est recommandé de limiter le recours aux produits chimiques.

Se protéger des piqûres en portant des vêtements longs, en utilisant des répulsifs et en dormant sous une moustiquaire. Penser également à se protéger quand on est malade afin de limiter le risque de contaminer sa famille et son entourage.

La dengue est une arbovirose transmise par l’intermédiaire de moustiques du genre Aedes. Dans sa forme classique, la dengue se caractérise par une fièvre d’apparition brutale accompagnée d’un ou plusieurs des symptômes suivants : frissons, maux de tête, douleurs articulaires et/ou musculaires, nausées, vomissements. Dans 2 à 4% des cas, il peut y avoir évolution vers une forme grave. Il existe une proportion élevée (jusqu’à 80%) de formes asymptomatiques, donc sans aucune manifestation perçue.

Consulter immédiatement son médecin traitant en cas d’apparition de symptômes : fièvre, frissons, courbatures, maux de tête, douleurs articulaires, douleur derrière les yeux.

Pour toute information, un numéro vert est à votre disposition : le 0 800 110 000

Crédits photo : Muhammad Mahdi Karim

Author: pressecologie

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *