Des gestes simples pour lutter contre les moustiques

Aedes albopictus, moustique-tigre - Crédits photo : James Gathany, CDC A l’occasion de la fête de la Toussaint, ce jeudi 1er novembre 2012, les services communaux, en partenariat avec l’ARS (agence régionale de santé), mettent du sable à disposition dans les cimetières (le sable humide peut être utilisé à la place de l’eau dans les vases) et conseillent le public sur les mesures de lutte contre les moustiques.

La lutte contre les moustiques repose sur la mobilisation de l’ensemble de la population. Des maladies telles que la dengue et le chikungunya peuvent être transmise par le même vecteur : le moustique Aedes albopictus, appelé moustique-tigre. Les épisodes pluvieux et les fortes chaleurs contribuent à faciliter un développement important et rapide de ces insectes.

Les cimetières sont des lieux propices au développement de moustiques (eau stagnante dans les vases et pots de fleurs). Ce phénomène s’accentue chaque année à la Toussaint du fait d’une plus forte fréquentation des cimetières. Les vases à fleurs remplis d’eau deviennent des gîtes larvaires s’ils ne sont pas correctement entretenus ou vidés par la suite. Il est ainsi conseillé de remplacer l’eau des vases par du sable humide et de supprimer les coupelles pour les plantes en pot.

Quelques gestes simples au quotidien permettent aussi de limiter la prolifération des moustiques et de prévenir l’apparition de maladies :

  • Éliminer les eaux stagnantes dans son environnement (éliminez les coupelles, vérifier l’écoulement des gouttières, respecter les jours de collecte des déchets, vider les petits récipients, …),
  • Éliminer les déchets pouvant générer des gîtes larvaires,
  • Se protéger contre les piqûres de moustiques (vêtements couvrants, moustiquaires, diffuseurs, répulsifs…),
  • Couvrir les bacs de récupération d’eau pluviales avec un fin treillage ou un couvercle,
  • Favoriser la biodiversité : les endormis (caméléons), margouillats, araignées, batraciens, poissons (en cas de présence d’un bassin) sont des prédateurs des moustiques. Leur présence dans notre environnement est donc utile. L’utilisation d’insecticides ou d’eau de javel peut entraîner la mort de ces animaux. En ce sens, il est recommandé de limiter le recours aux produits chimiques.

En cas d’apparition brutale de fièvre éventuellement associée à des maux de tête, douleurs musculaires, éruptions cutanées, nausées, vomissements, saignements ou fatigue :

  • Consulter rapidement un médecin,
  • Continuer à se protéger des piqûres de moustiques.

Pour toute information ou intervention du service de lutte anti-vectorielle de La Réunion, un numéro vert est à votre disposition : le 0 800 110 000.

Crédits photo : James Gathany, CDC – Wikimedia

Author: pressecologie

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *