Fêtes de fin d’année durables, mode d’emploi !

Letchis - Ile de la Réunion - Crédits : Pressecologie A l’occasion des fêtes, l’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) rappelle les bonnes pratiques à adopter pour un Noël et un jour de l’an durables. Pressecologie, pour sa part, vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année.

Moment de fête et de retrouvailles entre amis et famille, la fin d’année est aussi une période de grande consommation, donc d’achats, donc de déchets à venir. Prendre conscience de l’importance de la prévention de la production des déchets devient crucial. Celle-ci passe par le changement des comportements et l’adoption de bons gestes permettant de respecter au mieux l’environnement.

Pourquoi ne pas, dès lors, profiter de ces moments privilégiés pour sensibiliser chacun à un Noël durable et mettre en œuvre, selon ses moyens et sans contraintes fortes, quelques gestes utiles ? L’ADEME propose à cette occasion des conseils simples et malins pour des fêtes un peu plus écodurables !

Prévenir la production des déchets de Noël et organiser les fêtes de fin d’année tout en préservant l’environnement

Une fête c’est avant tout des invitations ! A l’époque d’internet et des nouvelles technologies, pourquoi ne pas privilégier des invitations électroniques ? C’est amusant, facile à personnaliser et cela permet d’économiser du papier et d’éviter de produire des déchets. C’est vrai aussi des cartes de vœux.

Pour se déplacer, favoriser les transports en commun et le voyage en groupe permet de limiter la consommation d’énergie et les émissions de polluants et de gaz à effet de serre.

Pour la table, pourquoi ne pas retourner aux sources et envisager des nappes, serviettes, vaisselle traditionnelle ? C’est joli et réutilisable. Une vaisselle jetable c’est pratique mais c’est aussi plus de déchets ! Et si la vaisselle vient à manquer, il est toujours possible et très amusant de la mettre en commun.

Pour le repas, il est souvent difficile de doser l’achat de la nourriture : on a toujours peur de manquer. Mais il est possible de limiter les choses en évitant les trop petits conditionnements, sources d’un surplus d’emballage et en préférant des emballages faisant l’objet d’une collecte sélective.

Pour le menu, l’idéal est de favoriser des aliments et des boissons de saison afin d’éviter de longs transports ou la culture sous serres chauffées, activités particulièrement consommatrices d’énergie. Au moment des courses, ne pas oublier son panier ou un cabas pour limiter l’usage des sacs de caisse en plastique !

Les fêtes riment aussi avec “illuminations”, les guirlandes électriques c’est joli mais c’est aussi synonyme de surconsommation d’énergie ! Alors pourquoi ne pas privilégier un éclairage doux et intime au moment du repas et les lampes basse consommation pour la vie courante ?

Et pour les cadeaux

Générosité peut rimer avec développement durable… Les cadeaux “dématérialisés”, sont de plus en plus “tendance” (chèques cadeaux, invitation à un spectacle, musique, film ou livre téléchargés légalement ou abonnement numérique, plutôt que ceux sur support papier ou CD …).

Quant aux emballages, il faut prendre garde à ce qu’ils ne soient pas disproportionnés et éviter les papiers métallisés ou plastifiés et bien sûr préférer dès que possible le papier recyclé. On peut aussi penser aux sacs en tissus, aux boîtes en bois qui sont des emballages originaux et réutilisables.

Des cadeaux plus respectueux de l’environnement ? Ce sont avant tout des cadeaux que leur bénéficiaire utilisera et gardera longtemps, bref, tout l’inverse du dernier gadget à la mode, qui, soit rapidement cassé, soit simplement démodé … dès sa fabrication, finira oublié ou à la poubelle.

Pourquoi ne pas rechercher des objets plus respectueux de l’environnement de par leur technologie (pour une calculatrice, préférez une calculatrice solaire,…) ou leur composition (pour un objet en bois on peut favoriser du bois local provenant de forêts gérées durablement)… Pour l’énergie, ne pas oublier les accumulateurs rechargeables, si le produit offert en est gros consommateur.

Les cadeaux peuvent également être intéressants par les questions qu’ils suscitent et les réponses qu’ils apportent (jeux d’éveil et de sensibilisation à l’environnement, ouvrages dédiés au développement durable) ou par les messages qu’ils véhiculent : articles ou textiles issus du commerce équitable, aliments issus de l’Agriculture Biologique….

Et une fois la fête terminée : ne pas oublier de valoriser les déchets

Première étape : au moment de faire un peu de ménage, il ne faut pas oublier le tri sélectif… Lorsque l’on possède un jardin : le compost peut accueillir quelques épluchures supplémentaires et si l’on n’en a pas, pourquoi ne pas démarrer un compostage ? C’est autant de déchets en moins dans sa poubelle.

C’est également l’occasion de rendre visite à la déchetterie voisine pour déposer les végétaux qui auront servi à la décoration, sans oublier le conteneur à verre, ou la benne à cartons. Pour les surplus ou le vieil objet que vient de remplacer un cadeau, il ne faut pas oublier les associations caritatives ou recycleries qui réutiliseront très utilement certains objets dont on veut se débarrasser …

La collecte de journaux et magazines peut accueillir le papier propre de préférence plié, à l’exception des papiers métallisés ou comportant du plastique, qui ne sont pas recyclables. Une flambée c’est aussi très agréable ! Mais prudence de nombreux produits modernes contiennent des adjuvants que l’on pourrait retrouver dans les fumées.

En fait, la solution est simple : penser “durable”. En n’oubliant pas d’associer la famille et les amis au jeu !

Sources : Ademe

L’ADEME en bref

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), établissement public, participe à la mise en oeuvre des politiques publiques dans les domaines de l’environnement, de l’énergie et du développement durable. Elle met ses capacités d’expertise et de conseil à disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public et les aide à financer des projets dans cinq domaines (la gestion des déchets, la préservation des sols, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, la qualité de l’air et la lutte contre le bruit) et à progresser dans leurs démarches de développement durable.

Author: pressecologie

Share This Post On

1 Comment

  1. Que des bonnes idées..de bon sens , de simplicité et qui font évoluer certaines pratiques.. appliquées déjà en partie..même si… même si “d’aucuns” persistent à nous faire croire que le plaisir et le raffinement riment avec gaspillage et déballage..

    Post a Reply

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *