Les restrictions d’eau étendues aux communes du Sud

Sud de la Réunion - Crédits : Pressecologie à la Réunion Le Comité Sécheresse s’est à nouveau réuni ce mardi 6 mars 2012 en préfecture pour dresser l’état de la situation hydrologique et météorologique. Le mois de février 2012 présente un déficit de pluviométrie de l’ordre de 30 % pour l’ensemble du territoire, déficit plus fortement marqué sur la micro-région Sud, indique la Préfecture dans un communiqué. Des mesures pour gérer les tensions graves sur la ressource en eau de La Réunion, notamment sur le Sud de l’île ont été prises : l’arrêté réglementant les usages de l’eau pour les particuliers a été étendu aux communes du Sud, entre Saint-Leu et Saint-Philippe.

Météo France constate que les précipitations du mois de février associées aux systèmes dépressionnaires Giovanna et Irina, bien que parfois importantes, restent à des niveaux qui se situent en dessous des normales saisonnières. Les pluies ont permis d’améliorer ponctuellement l’état de la ressource en eau des rivières, mais __n’ont pas fait remonter de manière significative les nappes souterraines__.

S’agissant des usages, les précipitations ont été suffisantes pour améliorer la fourniture d’eau sur l’ensemble des secteurs, à l’exception de la situation particulière du Bras de la Plaine sur la région Sud où les crues ont généré de fortes perturbations, nécessitant la mise en place d’un plan de rationnement et provoquant une interruption de l’irrigation des exploitations agricoles.

Ce diagnostic a conduit le Comité Sécheresse à préconiser de modifier le périmètre d’application de l’arrêté réglementant les usages de l’eau pour les particuliers. Sont ainsi concernées par les restrictions les communes du Sud, entre Saint-Leu et Saint-Philippe :

– communes de Saint-Leu, les Avirons, Cilaos, Étang-Salé, Saint-Louis, Entre-Deux, Saint- Pierre, le Tampon, Petite-Ile, Saint-Joseph, Saint-Philippe, pour une durée de 1 mois.

Cet arrêté interdit notamment le lavage des véhicules (hors station professionnelle), engins, bateaux, bâtiments et voiries (sauf impératif sanitaire), l’arrosage des espaces verts publics et privés (sauf jardins potagers) ainsi que le remplissage et le maintien du niveau des plans d’eau de loisirs et piscines privées (hors établissements touristiques).

S’agissant des exploitations agricoles, la mission d’expertise mise en place à l’issue du Comité Sécheresse du 7 février 2012, a procédé à l’évaluation des conséquences de la sécheresse et transmis son rapport dans le cadre de la procédure du fonds de secours au titre des calamités agricoles.

Fin mars, une nouvelle réunion du comité sera organisée pour évaluer l’évolution de la situation, et proposer, le cas échéant, d’autres mesures.

Author: pressecologie

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *