Un déficit de pluviométrie de plus en plus inquiétant dans le Sud

Littoral Sud - Pressecologie à la Réunion Le Comité sécheresse s’est réuni ce mardi 7 février 2012 en préfecture pour faire le point sur la situation hydrologique et météorologique de la Réunion et proposer des mesures pour prévenir des tensions graves sur la ressource en eau. Un déficit de pluviométrie de plus en plus inquiétant est constaté. Le mois de janvier 2012 présente ainsi un déficit de pluviométrie de 45 % pour l’ensemble du territoire, déficit plus fortement marqué sur la micro-région Sud, indique la Préfecture dans un communiqué. L’arrêté réglementant les usages de l’eau pour les particuliers est maintenu dans les communes suivantes : Les Avirons, Cilaos, l’Etang-Salé, Petite Ile, le Tampon, Saint-Joseph, Saint-Louis, Saint-Philippe, Bras-Panon, Saint-André, Saint-Benoit, Sainte-Marie, Sainte-Rose, Sainte-Suzanne et Salazie.

Le diagnostic, établi par Météo-France et par l’Office de l’eau, confirme les tendances constatées lors des précédents comités, en dépit de quelques précipitations constatées ces derniers jours.

Dans ce contexte, certaines ressources sont en situation de crise grave : Bras de Cilaos, Rivière Langevin, nappe du Gol. D’autres ressources sont en situation de crise (source Dussac) ou de vigilance (Bras de la Plaine, nappe de Champ Fleury, nappe des Cocos). Des captages font également l’objet d’une vigilance particulière (Puits du Baril à Saint-Philippe) en raison des risques liés à la salinisation de la nappe.

La faiblesse de certaines ressources s’accompagne d’une forte augmentation de la demande. Dès lors, plusieurs secteurs du Sud sont affectés par des coupures d’eau temporaires, pouvant atteindre 96 heures dans certaines exploitations agricoles.

Un appel à la responsabilité lancé à la population

Ce diagnostic a conduit le comité sécheresse à préconiser le maintien de l’arrêté réglementant les usages de l’eau par les particuliers. Cet arrêté interdit notamment le lavage des véhicules (hors station professionnelle), engins, bateaux, bâtiments et voiries (sauf impératif sanitaire), l’arrosage des espaces verts publics et privés (sauf jardins potagers) et le remplissage et le maintien du niveau des plans d’eau de loisirs et des piscines privées (hors établissements touristiques).

Quelques gestes éco-citoyens

Le Préfet appelle également chaque Réunionnaise et chaque Réunionnais à veiller avec la plus grande attention à sa consommation d’eau en adoptant des gestes éco-citoyens, et notamment :

– couper l’eau lors du lavage des dents, des mains ou du rasage,
– prendre une douche rapide plutôt qu’un bain,
– faire la chasse aux fuites d’eau,
– arroser le jardin le soir quand l’évaporation est moins forte (lorsque l’usage est permis),
– utiliser des techniques économes en eau : limiteurs de débits, goutte-à-goutte, tuyaux suintants, paillage lors de fortes chaleurs pour conserver l’humidité du sol…,
– installer une chasse d’eau à double flux dans les toilettes,
– récupérer les eaux pluviales dans une citerne pour le jardin, pour le lavage des sols ou les WC.

Une attention particulière en faveur du monde agricole

Compte tenu des difficultés auxquelles sont confrontées certaines exploitations agricoles du Sud de La Réunion en raison de la pénurie d’eau depuis plusieurs mois, le préfet a décidé de réunir lundi 13 février la Commission Départementale d’Expertise dont le secrétariat est assuré par la DAAF et de nommer une mission d’enquête afin d’évaluer précisément la situation et de mobiliser, le cas échéant, le fonds de secours pour l’outre- mer.

La Réunion est le département français où la consommation par habitant est, en moyenne, la plus élevée de France.

Author: pressecologie

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *