Faire son compost : le guide de l’Ademe fait peau neuve

Compost - Crédits Photo : Clarity J - http://www.flickr.com/ - Certains droits réservés - Licence Creative Commons Comment réduire le volume d’ordures ménagères à traiter par la collectivité et enrichir la terre de ses plantations sans frais ? En compostant ses déchets… Pour mieux comprendre comment faire son propre compost, l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) propose aux particuliers une version réactualisée de son guide sur le compostage domestique. Nouvelle maquette, nouvelle charte graphique, “Faire son compost, c’est facile !” est le premier d’une nouvelle série de guides pratiques réalisés en collaboration avec les différents experts de l’Agence.

Le compost provient de la transformation de déchets organiques par le biais de micro-organismes. Le produit obtenu se transformera dans le sol en humus, très utile en agriculture et en jardinage. Mais produire un amendement naturel et l’utiliser directement dans son jardin, sur son balcon ou sa terrasse n’est pas réservé aux seuls jardiniers avertis. Et cela permet de mieux prendre conscience du cycle de vie de la matière organique et de la transformation utile des déchets. De plus, pratiquement tous les déchets organiques peuvent être valorisés par compostage : épluchures de légumes, restes de repas, déchets de jardin…

Le guide de l’ADEME sur le compostage domestique est téléchargeable gratuitement à cette adresse : Guide

Pour aller plus loin : Jardiner sans pesticides

Avec 13 millions de jardiniers amateurs (près de 60 % des ménages possèdent un jardin), la France se place au premier rang européen en termes de marché. Environ la moitié des jardiniers amateurs utilise des produits phytosanitaires (insecticides, herbicides ou désherbants, anti-nuisibles et fongicides destinés à la lutte contre les champignons parasites). Alors qu’il est, la plupart du temps, possible de se passer des pesticides.

Retrouvez tous les conseils pour jardiner sans pesticides sur Jardiner autrement

Sources : ADEME

Crédits Photo : Clarity J – Flickr – Certains droits réservés – Licence Creative Commons

Author: pressecologie

Share This Post On

4 Comments

  1. Est ce que il est possible de mettre des noyaux de mangue dans le composte ?

    Merci.

    Post a Reply
  2. Il est possible de mettre les noyaux de mangues dans votre compost, mais ils se décomposeront plus lentement.

    Post a Reply
  3. Bonjour,
    je tente de composter sur mon balcon dans un pot en terre cuite. Faut-il que je me procure des lombrics pour mon compost et existe-t-il à la Réunion un endroit ou des bonnes volontés pour partager leurs bestioles ?
    Merci!

    Post a Reply
  4. Il n’est pas nécessaire d’intégrer des lombrics, ils arriveront tous seuls ! Le plus important est de bien alterner une couche de matières vertes (gazon fraîchement coupé, épluchures…), une couche de matières sèches (feuilles mortes, paille, écorces…) et une couche de vieux compost, terre ou fumier. Et de faire attention à ce que ce soit ni trop sec (arroser) ni trop humide (ajouter matière sèche). L’idéal est de faire son compost sur environ un mètre carré.

    Post a Reply

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *