Fêtes de fin d’année : pensez écolo, local et anti-gaspi

Flamboyant - Crédits photo : Rodrigo Melo Photos - http://www.flickr.com/ - Certains droits réservés - Licence Creative Commons Pour donner à vos fêtes de fin d’années de nouvelles couleurs plus écologiques, l’ADEME vous propose une multitude de conseils et idées pour jouer la carte de l’originalité, de la durabilité, acheter des produits et cadeaux qui allient utilité, plaisir et protection de l’environnement.

Guirlandes et illuminations : consommer moins, payer moins

En France, la puissance fournie pour les illuminations de Noël est estimée à 1 300 MW, dont les ¾ sont liés à la consommation des ménages et ¼ aux illuminations des collectivités. Parce qu’en période de pointe, l’électricité est issue en grande partie d’énergies fossiles, elle est fortement productrice de gaz à effet de serre (CO2).

Lors de vos achats, regardez le prix et la consommation électrique de la guirlande ou de l’illumination. N’oubliez pas que ces dernières vont être allumées plusieurs heures par jour. Le surcoût à l’achat peut être très rapidement comblé à l’utilisation. Et utilisez des ampoules basse consommation ou des guirlandes avec des LEDs.

Pour la décoration, optez pour la qualité. Misez sur des décorations que vous conserverez plusieurs années plutôt que de multiplier les achats de décorations de moindre qualité. C’est plus économique au final et plus écologique car vous limitez vos déchets.

N’abusez pas des décorations électriques qui consomment beaucoup, faites appel à votre créativité pour décorer autrement : acheter des décorations à base de produits recyclables et, pourquoi pas, les fabriquer vous-mêmes…

Et n’oubliez pas d’éteindre vos guirlandes électriques intérieures et extérieures la journée et avant d’aller vous coucher.

Bien choisir son “sapin”

Le sapin artificiel (en plastique, en métal ou en bois) a le mérite d’être réutilisable plusieurs années. Mais il est changé en moyenne tous les trois ans ce qui est une durée de vie un peu courte pour obtenir un vrai bénéfice environnemental. De plus, il est bien souvent fabriqué à l’autre bout du monde avec des matériaux non-recyclés, et dans des conditions sociales qu’il est difficile de connaître.

Une alternative consiste à décorer la plante qui trône dans votre salon et les arbres de votre jardin : une option qui donnera une petite touche originale à votre fête et vous épargnera l’obligation d’acheter un arbre spécialement pour l’occasion.

Bien choisir les cadeaux

Les jouets sont souvent importés de pays lointains et très consommateurs d’énergie pour leur fabrication et même leur usage (piles…). Cette période est souvent synonyme d’achats d’objets en quantité mais sont-ils toujours utiles ? Il est parfois possible de faire plaisir en impactant moins notre environnement.

Privilégiez les cadeaux dématérialisés : Chèques cadeaux, place de spectacle, entrée d’exposition, bon pour des soins en institut de beauté, abonnement à une association sportive ou de loisirs locale, musique téléchargée légalement…

Donnez la possibilité à la personne qui reçoit le cadeau de l’échanger si ce dernier n’est pas à son goût. Ainsi, vous éviterez de remplir les placards de cadeaux qui ne serviront jamais. Certaines enseignes fournissent même sur demande un ticket de caisse sur lequel le prix du cadeau n’apparaît pas.

Privilégiez les objets et jouets robustes et qui consomment peu d’énergie : Les enfants apprécient également beaucoup les jouets sans lumières qui clignotent et sans la même chanson qui tourne en boucle. Et les parents aussi. Vous économiserez ainsi des piles.

Favorisez les jouets sans PVC : Ce type de plastique (Polychlorure de vinyle ou chlorure de polyvinyle) a un impact environnemental très important. Il est souvent présent dans les poupées, les jeux de plage, les jouets de bain, etc. Optez plutôt pour des jouets en bois certifiés PEFC ou FSC. Ces logos signifient que les jouets sont produits avec du bois issu de forêts gérées durablement.

Achetez des produits écolabellisés quand ils existent : Textile, chaussures, mobilier en bois, ordinateur, papeterie… le choix est de plus en plus large. Pour identifier ces produits, vérifiez qu’ils portent les logos : NF Environnement et l’écolabel européen qui garantissent à la fois la qualité d’usage du produit et sa qualité écologique.

Pensez à l’achat d’occasion : Vélo, jeu électronique… sont souvent des investissements importants mais aujourd’hui de nombreux sites Internet offrent la possibilité d’acheter des produits de seconde main de bonne qualité.

Et si vous offrez des fleurs ? Choisir des fleurs de saison et produites localement.

Bien emballer les cadeaux : Vous pouvez garder les papiers d’emballages d’une année sur l’autre. Vous ferez ainsi des économies pour votre porte-monnaie et pour la planète. Et, pourquoi ne pas créer des paquets cadeaux personnalisés à partir de matériaux déjà disponibles à la maison ? Découper, coller, plier, laisser libre court à son imagination… N’oubliez pas que les papiers cadeaux doivent être mis dans la poubelle classique car ils ne sont pas recyclés alors autant en diminuer autant que possible le nombre.

Et pour les repas de fête ?

Là aussi, vous pouvez limiter votre impact sur l’environnement. Pensez à composer vos menus avec des produits de saison et si possible issus de l’agriculture locale. Un fruit importé hors saison par avion consomme pour son transport 10 à 20 fois plus d’énergie qu’un fruit produit localement acheté en saison.

Si vous achetez du poisson, privilégiez les produits de la mer pêchés localement. En plus de soutenir l’économie locale, vous aurez des produits frais et contribuerez à lutter contre les émissions de gaz à effet de serre.

Si vous êtes nombreux à table, ces jours de fête, pensez à acheter vos produits en grand conditionnement plutôt qu’en portions individuelles ou en petites portions. Moins d’emballages, c’est moins de déchets dans la poubelle.

Préférez la vaisselle aux assiettes en carton et aux gobelets en plastique.

Bien éliminer tous vos déchets après la fête

Parce que la filière de recyclage n’est effective que si les consignes de tri sont correctement respectées, restez attentif à bien trier ce que vous jetez.

Les restes alimentaires

Si vous avez déjà un composteur ou si vous faites du compost, pensez à bien trier vos biodéchets même les jours de fêtes.

Pour vos déplacements, privilégiez les transports en commun moins polluants

En cette période de fin d’année, le trafic routier peut augmenter de 50 % et les conséquences sont non négligeables pour l’environnement : pollution de l’air, émission de gaz à effet de serre, bruit, coût financier. Néanmoins, pour faire ses courses ou rejoindre sa famille ou ses amis, des alternatives existent et permettent de limiter ces nuisances : Marchez et prenez le vélo pour les trajets courts. Prenez les transports en commun moins émetteurs de gaz à effet de serre. Mutualisez vos déplacements en favorisant le covoiturage : 80 % des conducteurs roulent seuls dans leur voiture. Pour les trajets en voiture qui ne peuvent être écartés, adoptez une conduite plus souple moins consommatrice de carburant.

A l’approche des fêtes, souvenez-vous de l’interdiction de la pêche des langoustes

A l’approche des fêtes de fin d’année, la Direction de la mer Sud océan indien rappelle que dans les eaux maritimes bordant la Réunion, il est interdit de pêcher, faire pêcher, saler, acheter, vendre, transporter et employer à un usage quelconque, les langoustes du 1er décembre au 31 mars inclus. Cette période correspond en effet à la période de fécondation et d’incubation, comme en témoigne la présence de femelles grainées (cf. articles 15 et 11 des arrêtés préfectoraux n°1742 et n°1743 du 15 juillet 2008 réglementant l’exercice de la pêche maritime de loisir et professionnelle dans les eaux maritimes de La Réunion).

Les contrevenants qui ne respectent pas cette période d’interdiction mettent une ressource en péril et s’exposent par conséquent à des amendes pouvant aller jusqu’à 22.500€ (cf. article L945-4 du code rural et de la pêche maritime), voire à des poursuites devant les tribunaux.

Crédits photo : Rodrigo Melo Photos – Flcikr – Certains droits réservés – Licence Creative Commons

Author: pressecologie

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *