Incendie du Maïdo : Une mission d’expertise pour la forêt sinistrée

Incendie à La Réunion oct-nov 2011 - Crédit photo : Laurent ROCH / DGSCGC - Michaël MASSEAUX / PREF 974 Ce vendredi 25 novembre 2011, un mois après le début de l’incendie qui a ravagé près de 2 800 hectares du Parc national de la Réunion, l’enjeu de sa restauration est prioritaire. Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Ecologie, a mis en place une mission d’expertise destinée à évaluer l’état de la faune et de la flore et à bâtir un programme de surveillance et de restauration de ces milieux naturels classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Deux experts naturalistes de haut niveau, Serge Muller, président de la Commission flore du Conseil national de la protection de la nature et Michel Echaubard, président de la Commission faune, sont arrivés dans l’île ce lundi pour appuyer les organismes impliqués (Conservatoire botanique, ONF, parc, collectivités locales) dans ce diagnostic.

Deux axes prioritaires à court terme, selon les scientifiques : la lutte contre l’érosion et les pestes végétales exotiques (notamment l’ajonc d’Europe et l’acacia). Le rapport des experts permettra de déterminer les actions prioritaires, notamment sur la surveillance et la lutte contre les espèces envahissantes sur lesquelles il convient d’être particulièrement vigilant, a indiqué la ministre dès l’annonce du lancement de l’expertise. Dans le même temps, une première délégation de crédits au parc – de 100 000 euros – sera effectuée pour mener les premières actions d’étude et de suivi, avait assuré le ministère le 3 novembre dernier.

Les résultats des experts devraient être transmis au ministère de l’Écologie début décembre. Le Gouvernement et les collectivités seront en mesure de dimensionner, en concertation, un premier volet d’actions à mener dans les prochains mois, selon la ministre.

La forêt sinistrée par le feu se trouve dans le cœur du parc national de la Réunion. Situé dans la région des “Pitons, cirques et remparts”, elle représente le réservoir de biodiversité terrestre le plus important de l’archipel des Mascareignes.

Surveillance active afin d’éteindre les derniers points chauds

Sur zone, les pompiers sont toujours à pied d’œuvre après un mois de lutte contre les flammes. La situation continue de s’améliorer. Les sapeurs pompiers sont maîtres de l’incendie et les lisières est et sud sont aujourd’hui considérées comme éteintes. Concernant l’ouest et le nord, le feu fait l’objet d’une surveillance active afin d’éteindre les points chauds qui se révèlent progressivement, indique la préfecture dans un communiqué (point de situation au jeudi 24 novembre 2011). La tranchée creusée dans le secteur ouest afin d’empêcher toute propagation des points chauds par le sous-sol sera mise en eau dès ce vendredi.

Moyens humains et matériels

A compter du lundi 28 novembre, 4 GIFF seront employés le jour et 2 la nuit pour la surveillance et le traitement des points chauds, qui feront l’objet d’un repérage quotidien avec des moyens aériens et terrestres.

Compte-tenu de l’amélioration de la situation, les renforts en personnels nationaux sont progressivement désengagés. Un premier détachement de 49 personnels a quitté La Réunion hier soir et les départs s’échelonneront jusqu’au milieu de la semaine prochaine. 200 soldats du feu venus de métropole sont encore engagés à ce jour.

Un détachement des unités d’intervention et d’instruction de la sécurité civile (UIISC) de 36 militaires reste à La Réunion ainsi qu’un DASH jusqu’à mi décembre, sauf urgence opérationnelle sur un autre théâtre d’opération. Ils seront engagés dans le cadre de la fin de l’extinction et en renfort des pompiers départementaux pour les actions de surveillance préventive sur les autres massifs de l’île.

Depuis le début des opérations, 121 blessés et malades ont été pris en compte.

Accès au belvédère

La route forestière du Maïdo sera ouverte au public en journée, soit entre 6h et 16h, à compter de ce samedi 26 novembre, afin de permettre l’accès au belvédère. La nuit la route est maintenue fermée pour permettre le remplissage de la retenue collinaire du gîte des Tamarins. Le stationnement sera autorisé uniquement sur le parking du belvédère et l’utilisation des aires de pique-nique reste interdite.

Les autres routes forestières (et tous leurs accès) ainsi que tous les sentiers de randonnée qui parcourent le massif des Hauts de l’Ouest restent fermés jusqu’à nouvel ordre. Le sentier de Roche-Plate reste impraticable en raison des risques d’éboulement sur la partie supérieure de son tracé.

Vigilance renforcée

Avec la sécheresse qui sévit actuellement sur l’île, le risque reste très élevé pour les massifs forestiers de l’île. Plus que jamais, la vigilance doit être de mise. Le préfet rappelle que du 15 août au 15 janvier, tout emploi du feu est interdit par l’arrêté préfectoral n° 3476 du 14 décembre 2009. Tout contrevenant s’expose à des poursuites pénales.

Author: pressecologie

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *