Un permis pour utiliser des produits phytosanitaires obligatoire en 2012

Champ de cannes à sucre - Sud de la Réunion - Crédits : Pressecologie.comA compter du 1er janvier 2012, une nouvelle obligation incombera aux utilisateurs professionnels et revendeurs de produits phytosanitaires. Ils auront deux ans pour être détenteurs du Certiphyto. Un certificat individuel d’aptitude qui, à ce jour, est financé que par le Fafsea (fonds national d’assurance formation des salariés des exploitations et entreprises agricoles) et la Lodeom (loi pour le développement économique des outre-mer).

Le Certiphyto est un certificat individuel d’aptitude qui garantit de connaissances suffisantes pour utiliser à bon escient et commercialiser des produits phytosanitaires tels que les pesticides. Il découle du Plan Ecophyto 2018 né du Grenelle de l’Environnement, qui vise à tendre vers une agriculture éco-responsable.

Déjà obligatoire pour les exploitants agricoles, le Certiphyto est en passe de l’être pour tout utilisateur professionnel et vendeur de produits phytopharmaceutiques. Localement, ce sont donc environ 1 500 salariés qui devront s’astreindre à cette nouvelle obligation. Bien qu’elle entrera en vigueur au 1er janvier 2012, les employeurs concernés auront jusqu’au 1er octobre 2014 pour s’assurer que leurs salariés soient bien détenteurs de ce “permis d’utiliser” des produits phytosanitaires.

Pour obtenir le Certiphyto, une formation peut être nécessaire. Ce qui peut engendrer des coûts pour une entreprise, notamment à La Réunion où celle-ci est généralement de petite taille, n’excédant pas cinq salariés. Un dispositif de formation nécessaire à l’obtention de ce certificat peut alors venir perturber l’activité de l’entreprise.

En cotisant au Fafsea, l’investissement de formation peut être en partie financé. Seul OPCA de branche compétent pour les salariés agricoles, le Fafsea se positionne comme l’entité de référence en matière de formation professionnelle et peut ainsi devenir un co-financeur du Certiphyto. De plus, grâce à la Lodeom, les entreprises agricoles installées en zone franche d’activité et qui adhérent à un OPCA tel que le Fafsea peuvent bénéficier d’un abattement fiscal de 80 % sur leur bénéfice.

Le Fafsea est un organisme paritaire collecteur (OPCA) agréé de référence en matière de formation professionnelle, notamment pour les salariés de l’agriculture et des activités annexes. Créé en 1972, il regroupe 178 500 entreprises en France, soit 1,2 million de salariés. La délégation régionale du FAFSEA à La Réunion représente, quant à elle, 350 entreprises ainsi que l’ONF et le CIRAD. Elle est l’OPCA de branche pour le secteur agricole, mais a également pour adhérents les pépinières, jardineries, distilleries, sociétés de négoce de vins et spiritueux… Hors organismes publics, elle gère la formation de 1 500 salariés grâce aux cotisations des entreprises s’élevant à 700 000 euros en 2011 et à d’autres fonds pour un total de 2 millions d’euros.

Réduire le recours aux produits phytosanitaires

De la polyculture au végétal spécialisé, les formations sont construites sur mesure et en réponse aux attentes de toutes les productions régionales en intégrant de nombreuses alternatives aux produits phytosanitaires.

De nombreuses pistes de réduction des produits phytosanitaires sont proposées par les formateurs et les participants eux-mêmes.

Entre autres évolutions de pratiques, les formateurs rappellent qu’il ne peut y avoir de réduction des produits phytosanitaires sans retour aux fondamentaux agronomiques :

– Le raisonnement de l’itinéraire technique passe par le choix des variétés résistantes pour limiter le recours aux fongicides.

– La rotation des cultures, la mise en œuvre des techniques de faux semis et le désherbage mécanique (sur le maïs notamment) est cité comme levier pour limiter le désherbage chimique.

La réduction des doses doit être observée, en veillant entre autres les conditions d’application au champ.

Un accompagnement sous forme de formations spécifiques et de réunions d’échange au champ est proposé par les Chambres d’agriculture pour les accompagner les stagiaires Certiphyto.

Author: pressecologie

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *