Volcan : éboulements en augmentation, mais sismicité faible

Point de vue sur le Piton de la Fournaise depuis le rempart du Tremblet - Pressecologie.com D’après le dernier bilan de l’Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise pour la période du 7 septembre au 11 octobre 2011, la sismicité demeure “faible” à l’aplomb du volcan. Les scientifiques ne notent pas de déformations significatives en cours. Aucune émission de gaz d’origine magmatique (dioxyde de soufre – SO2) n’a été relevée durant cette période.

SISMOLOGIE : Séismes volcano-tectoniques (VT ; séismes associés avec la fracturation des roches en profondeur) : le nombre de VT reste très faible, avec en moyenne 2 événements par jour. Leur énergie (magnitude max : 1.1) est très proche à celle enregistrée dans la période août – septembre.

La plus part des foyers sismiques sont localisés à l’aplomb du cône sommital du Piton de la Fournaise, à environ +200 – +700 m au dessus du niveau de la mer. De rares événements plus profonds (jusqu’à -1.4 km au dessous du niveau de la mer) ont aussi eu lieu.

Éboulements : un faible nombre d’éboulements sommitaux (8/jour en moyenne) est enregistré. Cette activité est en légère augmentation par rapport à la période précédente.

GÉODÉSIE : L’amplitude des mouvements qui intéressent le cône sommital reste, dans l’ensemble, très modeste (environ 1 cm/mois). Ces mouvements révèlent une faible tendance à la contraction du cône sommital du Piton de la Fournaise.

GÉOCHIMIE : Aucune émission de SO2 (gaz d’origine magmatique) n’a été détectée dans la période considérée.

Bulletin de l’observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise publié le mercredi 12 octobre 2011.

En dehors des périodes de crise volcanique, l’OVPF enregistre jusqu’à 10 séismes locaux d’origine tectonique par mois (en moyenne), dont certains peuvent être ressentis.

Si les caractéristiques principales de ces séismes sont connues dans l’heure qui suit la secousse (localisation de l’épicentre, magnitude et intensités approximatives), il est impossible de déterminer les effets exacts sur la population et les bâtiments en chaque lieu, sans un recueil de témoignage ou une enquête sur le terrain.

Si vous avez ressenti une secousse, vous êtes invités à prendre quelques minutes pour témoigner via le formulaire d’enquête macrosismique du Bureau Central Sismologique Français sur http://www.franceseisme.fr/.

Author: pressecologie

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *