Energie Thermique des Mers : un prototype à la Réunion, mais pas de centrale pilote

Prototype à Terre Energie thermique des mers - Crédits photos : DCNS Alors que la Réunion ambitionne de devenir un laboratoire des énergies respectueuses de l’environnement depuis le lancement de GERRI (2009), c’est la Martinique qui vient de prendre un train d’avance dans le domaine de l’Energie Thermique des Mers. L’information est révélée par le Journal de l’île de la Réunion ce jeudi 11 août 2011. Une centrale pilote ETM de 10 MW de puissance devrait voir le jour à l’horizon 2015 en Martinique, et non à la Réunion, même si celle-ci figurait en bonne place pour décrocher le projet. Cette première centrale grandeur nature sera exploitable, et préfigurera les centrales ETM de série qui seront déployées dans les mers intertropicales du globe. Concrètement cette technologie consiste à utiliser la différence de température entre l’eau de surface à environ 25°C et l’eau profonde (-1000m) à environ 5°C. Cette différence de température existant naturellement dans les mers tropicales permet de produire de l’électricité 24h/24 toute l’année.

Le 20 juillet 2011, la Région Martinique a en effet signé avec DCNS, un groupe français intervenant dans le domaine de l’armement naval, et STX, un groupe international de construction navale, une convention marquant une nouvelle étape dans la réalisation du projet de centrale d’ETM. Il s’agit de préciser et de délivrer les options qui seront retenues pour la future centrale pilote ETM, notamment les données concernant la conception de la centrale, l’organisation industrielle qui sera mise en place, l’impact environnemental du système ETM et le modèle économique du projet. Cette seconde convention fait suite à celle de novembre 2010, qui portait sur les possibilités de mise en place en Martinique d’une centrale pilote.

Pour l’heure, un site d’implantation a été identifié, à l’ouest de Bellefontaine. Le dossier de financement du projet martiniquais a été retenu au niveau national dans le cadre du programme Investissements d’Avenir et fait partie des projets que le gouvernement a présentés au programme de financement européen pour les énergies renouvelables NER300.

L’objectif de DCNS est de confirmer l’intérêt de cette technologie et ses applications dans les zones tropicales, particulièrement dépendantes des énergies fossiles.

Un banc d’essai du système de production d’électricité à Saint-Pierre

Dès le mois d’avril 2009, DCNS et le Conseil Régional de la Réunion avaient signé un premier accord de R&D (recherche et développement) pour étudier la faisabilité d’installer un «démonstrateur ETM» dans les eaux réunionnaises. En octobre 2009, DCNS, le conseil Régional de la Réunion ainsi que l’Université de La Réunion, dans le cadre des investissements d’avenir de l’Etat Français, ont conclu un second accord visant à optimiser les enjeux technologiques et financiers liés à l’ETM.

La Réunion envisageait alors la réalisation d’un centrale pilote au large du Port. Jean-François Le Bert, chef du projet du constructeur naval à l’époque, explique en juin 2010 : “La Réunion cumule les avantages. Le projet y est bien accepté. Le tissu industriel est adapté pour l’armement final et le développement futur” rappelle le Jir. Dans le même temps, DCNS planchait sur un autre projet aux Antilles cette fois. Un premier accord est conclut en novembre 2010. La convention signée le 20 juillet scelle l’avenir de la centrale pilote de 10 MW qui s’implantera à Bellefontaine en Martinique. Si la Réunion conserve tout de même l’implantation d’un banc d’essai à terre à Saint-Pierre, elle voit la majeure partie du projet test lui échapper. Tant pis pour l’antériorité et les sous investis… commente le Journal de l’île.

Ainsi que l’indique le Groupe DCNS sur son site internet, un banc d’essais, à échelle réduite (1/150) du cycle thermodynamique pour la production d’énergie, devrait voir le jour à la Réunion. Totalement autonome, le Prototype à Terre ETM (PAT ETM) a pour but de tester différents éléments clés du système de production d’énergie (échangeurs de chaleur, cycles thermodynamiques,..) et de préparer les équipes de DCNS à la conduite d’une centrale ETM.

Ce banc d’essais est construit et en cours de qualification sur le site de DCNS Nantes-Indret. Il sera ensuite, dans le courant de l’année 2011, envoyé et installé à l’IUT de Saint Pierre de l’Université de La Réunion, où seront réalisés des essais complémentaires par les étudiants chercheurs de l’Université de La Réunion et les équipes de DCNS.

L’accord entre la Région Réunion, l’Etat et DCNS englobe aussi des travaux de modélisation numérique sur la conduite de pompage d’eau froide et des études environnementales. La conception, et la mise en œuvre d’un tuyau de 1000 mètres de long, de plusieurs mètres de diamètre et d’une durée de vie d’au moins 20 ans, constituent un véritable défi technologique.

Crédits photos : DCNS

Author: pressecologie

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *