Piton de la Fournaise : Réouverture de l’enclos

Eruption du Piton de la Fournaise - Site du "Château Fort" - Crédits : Pressecologie.com Le préfet de La Réunion a souhaité rouvrir l’enclos du Piton de la Fournaise à compter de ce mercredi 20 octobre à 18 heures, permettant l’accès au site de l’éruption du 15 octobre et l’accès au point de vue du cratère du Dolomieu.

Conformément à la volonté de Michel Lalande, préfet de La Réunion, d’ouvrir le plus largement possible l’accès au volcan pour faciliter la contemplation des éruptions, l’enclos sera réouvert dans sa totalité dès ce soir mercredi 20 octobre à 18h, indique la Préfecture dans un communiqué. Une nouvelle fermeture de l’enclos n’est toutefois pas exclue si l’évolution de l’activité du volcan conduit à réévaluer à la hausse les risques pour la sécurité des personnes.

Ce mercredi matin, une reconnaissance sur le site du volcan a été conduite avec Monsieur Bideau, sous préfet de Saint-Benoît, Monsieur Staudacher de l’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise et le colonel Paris de L’Etat Major de Zone, accompagné du PGHM (peloton de gendarmerie de haute montagne). Cette reconnaissance a permis de constater et de vérifier l’état des différents sentiers et des différents points de vue aménagés sur le volcan. La reconnaissance n’avait pu avoir lieu en début de semaine en raison d’une mobilisation des moyens humains et héliportés dans la lutte contre l’incendie sur le plateau du Maïdo, précise la Préfecture.

L’éruption est désormais stabilisée. Le trémor, bien que légèrement fluctuant s’est largement atténué par rapport au début de l’éruption. Une bouche principale éruptive continue de dégazer de façon importante.

Le sentier qui conduit au site du “Château Fort” a été balisé par les services de l’ONF et un point d’observation du site de l’éruption a été aménagé. Le parcours est exigeant, il est réservé aux randonneurs déjà aguerris et exige quatre heures de marche tant à l’aller qu’au retour.

Le point d’observation du cratère du Dolomieu n’a pas souffert des purges et des éboulis suite à la décompression qui a suivi l’éruption.

Un certain nombre de recommandations à l’usage des randonneurs sont toutefois nécessaires à toute randonnée sur le volcan.

Le volcan est un milieu naturel, hostile, sujet à des changements météorologiques très rapides et parfois violents. La préfecture rappelle que les recommandations relatives à la sécurité en montagne s’appliquent ici tout particulièrement :

– Respecter les sentiers balisés (la carte des sentiers balisés est disponible sur le site de la préfecture (rubrique actualité).

– Respecter strictement l’interdiction de s’approcher de la bordure du cratère et du site de l’éruption au-delà de la zone matérialisée. Au sommet, les abords du cratère sont instables et dangereux.

– La bouche éruptive produit des gaz délétères. Il convient de ne pas s’en approcher et de respecter strictement le balisage mis en place.

– Consulter la météo avant chaque départ ; ne pas hésiter à reporter une randonnée si les prévisions sont mauvaises.

– Ne pas s’engager sur l’itinéraire vers le sommet en cas de météo aléatoire, de brouillard, de fortes pluies et/ou de vent violent.

– Choisir un itinéraire adapté aux capacités physiques des marcheurs, tout particulièrement lorsqu’il s’agit d’enfants. Ne pas surestimer ses capacités physiques. Savoir faire demi-tour en cas de fatigue ou de signes annonciateurs de mauvais temps. Ne pas attendre qu’il soit trop tard.

– Prévenir des proches de l’itinéraire envisagé et de l’heure de retour prévue.

– Eviter de partir seul et sans moyen de communication.

– Prendre assez de provisions en eau, nourriture.

– S’équiper correctement: (bonnes chaussures indispensables, lampe, bâtons…) ; prévoir des vêtements chauds, de protection contre la pluie. Penser à se protéger les mains et les jambes (gants légers, pantalon) car une chute dans les grattons peut entraîner des blessures graves.

– Se protéger contre le soleil (lunettes, crème solaire, chapeau).

– Prévoir une trousse de secours (comprenant couverture de survie, pansements, désinfectant…).

– En randonnée de nuit, se munir d’éclairage et de piles de rechange. De nuit ou en cas de mauvaise météo, les délais d’intervention des secours peuvent être plus longs.

Attention certains secteurs du volcan ne sont pas couverts par le GSM.

La capacité et les délais d’intervention du PGHM diffèrent en fonction de la météorologie et de la nuit qui conditionnent les possibilités de vol de l’hélicoptère. Le PGHM, en collaboration avec le SAMU 974, intervient prioritairement en présence de détresses vitales et lors des accidents entraînant des urgences avérées. N’appelez les secours qu’en cas d’absolue nécessité.

Enfin, afin de conserver la beauté du site, soyez éco-responsable, ne jetez pas vos déchets.

Author: pressecologie

Share This Post On

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *